Tant au niveau de la santé qu’au niveau des répressions pénales, les consommateurs de CBD doivent être avertis des potentiels risques.

Pourquoi consommer du CBD au volant peut comporter des risques ?

Dans cet article nous vous expliquons les différents effets notoires des substances de la plante de chanvre. Le THC, substance majeure présente dans la plante est classée comme produit stupéfiant et peut s’avérer dangereuse et nuisible lors de la conduite. Mais qu’en est-il du CBD ? Et quels sont les risques encourus lorsque l’on veut consommer du CBD ?
Pour rappel, le plant de chanvre ne comporte pas moins d’une centaine de composés chimiques. Tout d’abord, on retrouve le THC, qui est la substance dominante de la plante et s’ensuit le CBD. Ce sont deux des principales substances actives appartenant aux cannabinoïdes (voir article sur ECS). Toutefois il est important de les dissocier et de comprendre leurs différences afin de comprendre leurs effets.

Les effets du THC sur la conduite ?

Brièvement, le THC ou tetrahydrocannabinol, est connu comme étant la principale substance psychoactive. Elle provoque chez le consommateur un état euphorique et peut altérer la santé mentale. Cela compromet en l’occurrence l’apprentissage, la mémorisation mais aussi la concentration. Elle peut influer sur la capacité de conduire de façon sécuritaire pouvant causer somnolence, ralentissement du temps de réaction et nuire à la coordination.
La plante de chanvre a fort taux de THC se classe parmi les produits stupéfiants. Elle est totalement interdite, à la production, la vente et la consommation.

Et les effets du CBD sur la conduite?

Le CBD, de son nom complet cannabidiol n’a pas les effets intoxicants du THC mais il peut quand même agir sur le cerveau. Comme le précise le Professeur Joëlle Micalef, Professeur de Pharmacologie et Présidente du réseau français d’Addictovigilance, dans un communiqué officiel dans le cadre de la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives).
Elle affirme que : « Si le CBD n’agit pas ou très peu sur les récepteurs cannabinoïdes (ceux où se fixe le THC), il agit au niveau du cerveau notamment sur les récepteurs à la dopamine et à la sérotonine en faisant ainsi un produit psychoactif à part entière. »
Cependant, la distinction notoire entre le THC et la substance de CBD, c’est que le cannabidiol (CBD) se révèle être un actif sans risque de dépendances.

Le CBD au quotidien et dans de nombreux domaines

C’est pourquoi, certains se penchent particulièrement sur la substance CBD et ses propriétés. Il est tout à fait possible de créer des variétés avec un taux élevé en CBD et très faible en THC. Ce résultat est également atteignable par synthèse chimique. De nombreuses recherches scientifiques autour de la substance CBD ont été effectué car celle-ci se révèle être intéressante dans de nombreux domaines comme par exemple : la médecine, l’alimentation (les graines et les fibres de chanvre sont autorisés en tant que denrée alimentaire), la cosmétique,…

Bien que légalisé, le CBD doit remplir certains critères pour être considéré comme parfaitement légal : Les fleurs et les feuilles de chanvre doivent être cultivées par un agriculteur relevant des règles de la Politique Agricole Commune qui deviendront officielles à partir du 1er janvier 2023. Les produits commercialisables et légaux ne doivent pas comporter plus de 0.3% de THC ou bien ceux-ci sont considérés comme stupéfiants et interdits.

Aujourd’hui le CBD est en vente libre en France. Il ne faut cependant pas sous-estimer ses effets face à certaines situations.
De ce fait, la question de la consommation en conduisant se pose. Bien que le CBD comporte un faible taux de THC quand-est-il de la réglementation au volant ?

Analyse de CBD dans le sang

Quels sont les risques en cas de contrôle routier ?

Attention, les risques ne sont pas à prendre à la légère. Nous avons vu un petit peu plus haut dans l’article que malgré son faible taux en THC les produits CBD ont un effet sur le cerveau. Ces effets sont notoires sur la capacité à être focus et peut donc provoquer une somnolence chez le consommateur et remettre en cause la capacité à conduire de façon sécuritaire.

En cas de contrôle routier , les faibles traces de THC dans les produits de CBD peuvent indiquer un résultat positif lors d’un test salivaire. Pour information, le seuil « acceptable » est de 1 nanogramme de THC par millilitre de salive ou de sang. Les seuils sont très bas. Et ce sont ensuite les laboratoires en charge des examens qui décident d’ignorer ou non ce résultat.

Cela signifie que dans le cadre d’un contrôle routier il est tout à fait possible que le test salivaire décèle la présence de stupéfiants. Et cela malgré n’avoir consommé que des produits de CBD. Cela peut donc conduire à une infraction au code de la route et être répréhensible par le code pénal.

Certains conseils à ce sujet :

Demander une contre-expertise, c’est-à-dire un prélèvement sanguin, en plus du test salivaire effectué lors du contrôle routier.
Conserver une trace de l’achat de CBD grâce à la conservation du ticket de caisse pouvant attester et prouver de votre bonne foi.

Pour conclure, attention donc à la consommation de produits de CBD lorsqu’il faut conduire. D’une part pour la sécurité du consommateur au volant. D’autre part pour l’amalgame vraisemblable lors d’un test salivaire entre la détection des produits stupéfiants et des produits de CBD. Il ne faut pas oublier que même si le THC est présent en faible quantité dans les produits de CBD, des traces de stupéfiants peuvent être détectés dans la salive ou le sang.

A l’heure actuelle, il n’existe aucune jurisprudence au niveau de la consommation de CBD sur la route. Il en est donc de la responsabilité du consommateur de gérer sa consommation avant de conduire.

Test salivaire THC (Cannabis) 15 ng/ml

Test salivaire THC CBD

Ces articles pourraient vous intéresser

Du CBD pour les animaux ? (Chiens, chats)

Du CBD pour les animaux ? (Chiens, chats)

Aujourd’hui le CBD est présent dans des secteurs variés et sous différentes formes. On en retrouve
notamment dans les compléments alimentaires, la cosmétique et il se commercialise sous forme de
fleurs, de résines, d’huiles et de sprays.

Accueil
0
rechercher